ALBERTVILLE - CAVALAIRE EN CANOE - 2005

Départ : 13 mai 2005

Arrivée : 3 juin 2005

 

Durée : 22 jours

 

 

 

 

Etant relativement peu expérimentés dans le domaine de la navigation, nous avions opté pour des canoë thermo-moulés auto-videurs. Ce n’est pas l’idéal en mer, ce n’est pas très directif et pas très rapide, mais ces bateaux présentent l’immense avantage d’être insubmersibles... Les équipages étaient Jérôme et Lewis sur le 4m50, les deux Eric(k) sur le 5m50.

La première partie s'est faite sur l'Isère, jusqu'à Valence. Mais la rivière n’est plus canotée depuis son aménagement hydroélectrique. En effet, rien n’a été prévu pour les portages autour des barrages (au nombre de 7), et plusieurs seuils existent dont celui de Montmellian particulièrement dangereux. Dès le premier jour, nous nous sommes fait surprendre par un seuil. Tous le monde à la baille ! L’Isère est donc une grosse galère, beaucoup de portages, sans chemin, avec une végétation dense, aucune signalisation, ni des barrages, ni des seuils, etc... Cette partie est donc assez peu intéressante et plutôt dangereuse. Nous avons appris à posteriori  qu'elle est d'ailleurs interdite au canotage. À déconseiller. 

Sur le Rhône, l’aménagement pour le canotage est exemplaire, signalisation efficace, rampe aménagée pour sortir ou entrer dans l’eau, chemins entretenus pour des portages limités autour de 500 mètres. De plus les pousseurs de barges et autres “gros cubes” ne font pas de si terribles vagues, le fleuve et bien souvent assez large pour qu’on ne soit pas dérangé par celles-ci.

Par contre, la vallée du Rhône, c’est le vent. De face, on n’avance plus, il nous est même arrivé de reculer ! De côté, il lève des vagues qui rendent la navigation très “instable”. Et de dos, les canoës deviennent très difficiles à diriger...Bref, ici le vent n’est jamais favorable.

Nous redoutions la mer, à cause de notre inexpérience certainement, mais nous avons en fait eu d’excellentes conditions. Nous partions très tôt et nous nous arrêtions dès que le vent agitait trop la mer, en général vers 13h. Quelques camps superbes, de grandes traversées (pour nous en tous cas !) comme entre Porquerolles et le Cap Bénat, une bonne frayeur au passage entre Giens et le Grand Ribaud où la mer était très agitée, et puis l’arrivée chez François à la plage des Dauphins, à Cavalaire, après 22 jours de rame...

Eric Baumgartner

Erick Sanchez

Jérôme Lepretre

Lewis

Participants :

Jérôme Lepretre

Départ d'Albertville, un peu beaucoup chargés...

Premier portage, il y a une route qui facilite bien la tâche (rare sur l'Isère)

Remise à l'eau acrobatique !

Camp de Montmellian

Pause midi

Calme plat sur cette portion de l'Isère

Camp après Grenoble

Un peu moins calme l'Isère...

Moustiques, chaleur orageuse étouffante, un des nombreux portages long et éprouvants de l'Isère

Les chemins aménagés pour le portage

Le calme du Vieux Rhône

On ne s'improvise pa pêcheur... C'est le seul qu'on attrapera sur tout le voyage !

Le défilé de Donzère

Trop de vent de face, on va plus vite à pied en tirant les bâteaux !

Et Lewis participe au halage !

Un arbre au milieu

Matin calme

L'heure de la sieste

Camp agréable

Le soir au camp

Expérimentation... On essaye de fabriquer des voiles

Ça ne tiendra pas bien longtemps !

Mais ça a un peu fonctionné...

Jour de grand vent, ça remue un peu sur le Rhône

Navigation difficile, le Rhône s'est énervé !

Petite pause

Vers Châteauneuf du Pape

Le camp juste avant Avignon

Le Pont d'Avignon

Dernier camp avant la mer...

Petit matin au départ des Goudes juste après Marseille

Calanque d'En Vau

Le camp de Cassis

Cassis - La Canaille

La Baie de Cassis

Départ tôt le matin vers 6h...

...pour profiter d'une mer d'huile

Lewis part faire un tour !

Rochers des Deux Frères au Cap Sicié

Traversée du Golf de Giens

Camp au Cap des Mèdes, sur Porquerolles

Elle est un peu loin la terre ferme ! Surtout avec nos canoë à fond plat...

Les fonds sont clairs

Le matin vers Cap Bénat et le Lavandou

Mer d'huile et soleil de plomb

Levée du dernier camp au Canadel

Vers le Cap de la Vigie

Un peu de houle pour l'arrivée au Dauphin Plage

1/1